Guide des droits sur Internet
> Outils & activités d'Internet > Les outils poste à poste

Quels sont les risques associés aux outils poste à poste ?



Les atteintes à la vie privée

Il peut arriver, lors de l’utilisation des applications poste à poste, que dans les données générales rendues accessibles se trouvent des données personnelles ou confidentielles. De même, des fichiers de nature personnelle ou confidentielle peuvent être placés dans les filières communes par accident ou négligence.

Dans un service de poste à poste centralisé, l’usager doit s’inscrire dans un annuaire central pour y accéder. Le service peut ainsi élaborer un profil de l’usager puisqu’il connaît l’adresse IP de son ordinateur ainsi que le type de fichiers qu’il télécharge. Dans un modèle décentralisé, l’anonymat de l’usager est en apparence mieux assuré car il n’y a pas de serveur central pour recueillir les données personnelles. En revanche, il peut arriver que les risques d’intrusion dans l’ordinateur personnel de l’usager soient plus considérables car l’accès est alors ouvert.

[ HAUT ]

Les contenus à caractère pornographique

Les logiciels de partage de fichiers sont facilement accessibles: ils sont d’ailleurs parmi les logiciels les plus souvent téléchargés sur Internet. Quoiqu’ils sont généralement utilisés comme un moyen d’obtenir des pièces musicales gratuites, ils peuvent également permettre l’accès à du matériel pornographique. Ces logiciels peuvent permettre d’accéder librement à des milliers d’images et de vidéos pornographiques.

Un mineur peut accéder à du contenu pornographique volontairement, en effectuant une recherche sur un sujet relié à la pornographie. Le téléchargement de fichiers en mode poste à poste ne fait pas l’objet de restriction ou d’approbation par un intermédiaire ou de vérification de la maturité de l’internaute.

Un mineur peut accéder involontairement à du contenu pornographique en faisant une recherche sur un tout autre sujet. Une étude de la Chambre des représentants des Etats-Unis démontre aussi que les filtres parentaux les plus populaires ne bloquaient pas l’accès à du matériel pornographique via les logiciels de partage de fichiers.

Voir : U.S. HOUSE OF REPRESENTATIVES, Children Access to Pornography through Internet File-Sharing Programs, Prepared for Rep. Henry A. Waxman and Rep. Steve Largent, Minority Staff, Special Investigations Division, Committee on Government Reform, U.S. House of Representatives, July 27, 2001.

[ HAUT ]

Les atteintes au droit d’auteur

À travers un réseau de partage de fichiers poste à poste, circulent librement divers types de fichiers dont du matériel protégé par le droit d’auteur, qui peut être reproduit sans la permission des titulaires des droits.

On se rappellera que l’industrie musicale américaine (Recording Industry Association of America, RIAA) a porté plainte contre Napster pour violation du droit d’auteur des exploitants musicaux. Les juges ont considéré que Napster était techniquement en mesure de contrôler la nature des fichiers échangés, par l’intermédiaire de son serveur central, et pouvait empêcher l’échange de fichiers protégés par le droit d’auteur. Pour se conformer à l’ordre de la cour, les responsables de Napster ont mis en place un système de filtrage afin de retirer les chansons litigieuses de son service d’échange de fichiers musicaux. Les filtres n’étant pas complètement efficaces afin de garantir les droits d’auteur, Napster n’a pu rouvrir son service, ayant perdu la gratuité qui en faisait son succès.

Avec la dernière génération de la technologie poste à poste, les atteintes aux droits d’auteur pourraient être difficilement contrôlables et dépasser le simple cadre de la musique. En effet, le matériel protégé est distribué directement d’usager à usager, sans l’intermédiaire d’un serveur centralisé. Il est difficile de retracer qui transfère un fichier à un autre et quand il le fait. En fait, il est difficile de déterminer qui est en mesure de contrôler techniquement le contenu des fichiers téléchargés.

[ HAUT ]

Guide des droits sur Internet Éducation Québec Conseil du trésor du Québec Centre de Recherche en Droit Public Université de Montréal Chaire L. R. Wilson